Républicain Lorrain du 30 Aout 2015

republicain-lorrain
31 août 2015

L’ES METZ EST DEPASSEE

Stade du 13e Bataillon. Arbitre : M. Russo. Buts : Laroche (54e s.p., 74e ), Jacquot (90e +1), G. Chevalier (90e +2). Avertissements à Nomexy : Rollot (33e ), D. Collas (38e ), Bégel (41e ) ; à l’ES Metz : Mechaouat (3e ), Veix (66e ).

« Je voulais voir comment les jeunes allaient se comporter. » Alors que les cadres Bédel et Mechenane ont quitté l’embarcation nomexéenne lors de l’intersaison, Michaël Collas a choisi de faire confiance à la jeunesse pour cette campagne qui rime avec découverte. Le moins que l’on puisse écrire est que le promu a vite appris.

L’ES Metz n’a donc pas pu répondre à l’envie et la combativité d’un ensemble vosgien qui a fait la différence après la pause. « La partie aurait pu basculer en première mi-temps », réagissait avec justesse Collas. Il y eut donc d’abord un arrêt de Pagni sur une frappe dans un angle fermé de Mohammedi (32e ). Puis le portier du cru intervenait devant Meghrabi (40e ), avant de détourner un penalty du capitaine Mechaouat, rendant à l’exploit un caractère de justice tant la sanction était apparue d’une sévérité sans nom (41e ). La suite était alors un cavalier seul des Nomexéens, qui avaient déjà mis le nez à la fenêtre avant la pause. La frappe d’Adrien Chevalier était trop croisée, avant que ce dernier ne se heurte à Hochstrasser et que la tentative en pivot de Laroche ne tutoie la transversale mosellane (11e , 29e et 30e ).

Le sort des débats se jouait, une fois encore, sur un penalty, obtenu par Laroche, à peine déséquilibré par Diakité. Cette fois, les filets tremblaient sous la patte de Laroche (54e ). Les Messins accusaient le coup et le deuxième but de Nomexy les condamnait définitivement. Il émanait d’un loupé du même Diakité, qui offrait à Laroche la possibilité de signer une volée qui faisait mouche (74e ). Jacquot, en deux temps puis Guillaume Chevalier entérinaient définitivement ce premier succès dans l’antichambre de l’élite régionale que les Nomexéens retrouvaient plus de vingt ans après.