Presse du 22 août

presse
24 août 2014

Elles sont implacables, placardées dans le couloir du stade Lothaire. Elles, ce sont les données des tests physiques réalisés au tout début de la préparation de l’ES Metz, fin juillet. On y apprend, par exemple, que Mehdi Bourtal était le plus affûté dans le test VMA (vitesse maximale aérobie), en parcourant 1,76 km en 6 minutes. Le milieu défensif venu de Bellecroix faisait aussi partie des six joueurs les plus adroits en jonglage. Autre enseignement, le groupe bondissait en moyenne de 12,14 m en cinq enjambées.
Baerenthal, c’était bien

« Il n’y a pas eu de mauvaises surprises » analyse Mickaël Maurice. Pour sa deuxième année de coaching, ce dernier veut croire qu’il en sera de même en lorsque frapperont les trois coups du championnat. Un son plus agréable à l’ouïe que ce glas qui faillit tinter au printemps dernier. Première non-relégable, sauvée des fourches caudines pour trois points, l’Entente veut cesser de jouer avec le feu.

« J’ai bon espoir de faire un meilleur championnat , affirme le technicien. On a fait un stage plus qu’intéressant à Baerenthal, ponctué d’une courte défaite contre Veymerange (3-4). On menait 3-1 à dix minutes de la fin, le 4-2-3-1 fonctionnait bien. J’ai voulu faire participer les jeunes, mais les changements ont été fatals ».
Quatre grosses affiches

Partant de là, si l’ES Metz pose des problèmes à une formation de DH, elle devrait importuner plus d’une rivale de DHR. Maurice émet une réserve calendaire. « Le début de championnat ne sera pas simple, contre une bonne équipe de Custines. Après, on se déplacera à Hagondange et on jouera les réserves de Raon et de Thaon ». En tout, quatre duels qui détermineront le niveau réel d’une équipe chamboulée (lire ci-contre). D’ici le 31 août, elle pourrait encore accueillir du monde.

« Au niveau de la confiance, c’est important de bien commencer le championnat , reprend l’entraîneur. L’année dernière, on avait trois points au bout de six matches. Il y a encore des choses à régler, comme notre équilibre défensif. Mais j’ai bon espoir qu’on ne recommence pas les mêmes erreurs ». En plus de faire vivre, l’espoir fera-t-il aussi gagner ?


Laisser un commentaire